Hypothyroïdie, les news

Publié le par Vaallos

Je te rappelle pour la centième fois environ les épisodes précédents de cette palpitante saga, à savoir C'est pas toi - ça va passer suivi de Je suiiiiiis malaaaaaaaaaadeuuuuuhhh.

 

Je vais essayer de te raconter les étapes que j'ai traversées pendant la mise en place progressive du taitement contre l'hypothyroïdie. Je ne sais pas si je vais savoir décrire les étapes, les sentiments qui vont avec...

 

Chaque mois depuis la découverte de la cause de tous mes petits malheurs, j'ai fait une prise de sang, prise de sang indiquant que "allez hop, encore un ptit peu d'hormones supplémentaires".

 

Chaque mois ça se sentait un petit peu, puis il y a eu LA dose qui m'a fait me sentir mieux.

Avant cela, j'ai trouvé le temps long. J'ai essayé de ne pas (trop) m'en plaindre (mais je n'ai pas réussi ^^"). J'ai dû demander de l'aide, beaucoup. Des relais parce que tout était si insurmontable...

Je savais que ça allait passer. Et en même temps, j'avais peur de mettre trop d'espoir dans cette toute petite pilule... Et si c'était vraiment moi le problème ? Si ça ne changeait rien ??

 

Le retour de la forme a été accueilli avec un mélange de joie (beaucoup !) et de questions (oui bah tu commences à me connaître non ? ^^).

 

De joie parce qu'évidemment, être capable de passer l'aspirateur après un enchaînement hernie discale - grossesse avec menace d'accouchement prématuré (ou pas, mais j'y reviendrai sans doute) - baby blues - hypothyroïdie, eh bien, ça fait plaisir. Et crois-le ou non, je kiffe faire le ménage et ranger mon appartement, simplement parce que je le PEUX.

 

De questions parce... Et si ça pouvait être encore mieux ?

Comme un mois sépare les prises de sang on a le temps de cogiter. De se rendre compte que l'énergie qu'on ressent, et qui s'éteint brutalement autour de 16 ou 17h, c'est celle qu'on a depuis... longtemps. De se dire que si la prochaine prise de sang dit qu'on est toujours hypothyroïdique, c'est sans doute qu'on se traîne un problème depuis... longtemps.

 

Je savais que j'étais "à risque" de développer un problème. Peut-être que j'aurais pu me poser la question plus tôt. Mais c'est tellement plus facile de se dire qu'on est une petite nature, qu'on manque de volonté, qu'on est fragile...

 

Arrive la prise de sang suivante qui dit que OUI, il faut encore augmenter la dose.

Et une semaine plus tard, l'énergie s'accroit encore. C'est grisant. C'est perturbant. C'est génial !

Et ça remet en question tellement de choses. Si je n'étais PAS une petite nature ? Si je n'étais PAS si fragile que ça ? Si j'étais CAPABLE de bien plus que je ne le pensais ??

 

Maintenant je peux m'occuper de mon chez moi ET de mon nain ET tenir une séance de sport complète la même journée. Je peux même sortir, prendre les transports.

Surtout que le traitement a été couplé à des séances de kiné qui aident beaucoup mon dos à aller mieux et à supporter de porter, de bouger, de marcher etc.

 

Et puis, un soir, j'ai tapé LA question qui me hantait sur un moteur de recherche. LA question que je n'avais jamais osé tapé de peur d'apprendre que ça n'était pas possible. Est-ce que l'hypothyroïdie peut être la cause d'un manque de lait ?

A en croire un site connu dans le domaine de la lactation, oui, c'est possible. Difficile à prouver, mais possible.

Ce soir-là, je me suis effondrée. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, parce que j'avais un semblant de réponse, et un espoir aussi. L'espoir que pour ça aussi, ça n'était pas moi le problème, et qu'il n'allait pas forcément se reproduire (ce qui m'aide dans la réflexion Allaitement : et si c'était à refaire ?).

 

Le lendemain, j'annonçais à mon mari que, moralement si ce n'est physiquement, j'étais prête pour avoir un autre enfant.

 

Bon évidemment, ce qui devait arriver arriva, la dernière prise de sang a dit que "oups, cette fois-ci tu en prends un peu trop".

Mais comme je ne ressens aucun des symptômes de l'hyperthyroïdie, mon médecin est d'avis de rester à ce dosage et de surveiller l'évolution. Au besoin, il sera toujours possible d'alterner les doses (aujourd'hui je suis à 100 microg. de Levothyrox, la fois d'avant à 75. Il n'existe pas de dose intermédiaire, il faudrait donc prendre un jour 100, un jour 75. Ou un jour 100, deux jours 75, etc.).

 

Aujourd'hui ce qu'il me reste de cette période sont :

- des souvenirs

- des réponses

- beaucoup d'espoir

- un peu de poids

- des soucis de poignets qui se résolvent seuls dans 75% des cas dans l'année qui suit la mise en place du traitement.

 

Si tu es arrivé jusqu'à cette ligne, je te remercie de m'avoir lue. Et si tu fais partie des nombreuses personnes qui m'ont soutenue pendant cette période, je te dis un énorme merci supplémentaire !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Vie de Vaallos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aggie 14/01/2012 15:58

Punaise qu'est-ce que ça doit faire du bien (enfin j'me comprends) de pouvoir enfin mettre un mot sur ce qu'on a. Et puis de le soigner bien sûr.

Vaallos 17/01/2012 11:10



Oui ! Comprendre que tout ce qu'on ressent a une cause autre qu'une tête qui ne tourne pas rond, et savoir que c'est soluble, ça fait du bien ! Même si ça laisse un double petit pincement : celui
du traitement à vie qui donne l'impression de vieillir un grand coup, et celui du bon sang, si j'avais su plus tôt... Mais c'est quand même peu de chose face au retour de l'énergie et du moral :D



MaMa TwIns 13/01/2012 18:33

Oui on revit !!!! Comme tu dis. Non 137,5 c'est que je prend 1 comprimé de 100 et 1 demi comprimé de 75...
Justement aujourd'hui j'ai vu l'endocrino, il m'augmente la dose, je passe à 150...A suivre
Bisous

Vaallos 17/01/2012 11:08



Ah j'aime mieux la méthode du demi-comprimé que la méthode alterner les doses. Un coup à se tromper ;) J'en parlerai à mon médecin si on redescend un peu la dose.


Bon courage, bientôt la fin !!



Dreiss 12/01/2012 15:46

Tu sais qu'avec tes (mes)aventures, je commence sincèrement à me poser des questions sur ma déprime PP ? après je l'ai en dent de scie, cela ne veut peut-être rien dire mais bon. Tout cas j'aime te
savoir avec un peu plus de pêche :) Bisous !

Vaallos 13/01/2012 10:04



Oh quoi que lis-je ça ne va pas mieux ? :( Je m'en veux je n'ai pas pris de tes nouvelles récemment :(


Tu sais, quand j'ai eu le diagnostic, je me suis demandé combien de dépressions du PP étaient en fait des hypothyroïdies non diagnostiquées, parce que j'avais vraiment le moral dans les
chaussettes et j'étais dans le même état que pendant le baby blues...


Alors cours chez ton médecin en parle-lui en, ça ne coûte qu'une prise de sang pour savoir.


Cette page explique assez bien la chose : http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hypothyroidie_pm et la conclusion est très claire :


"Le manque d’énergie et la fatigue inexpliqués sont des symptômes constants dont il faut être alerté. Plusieurs personnes souffrent des effets de l’hypothyroïdie pendant
des mois avant de finalement consulter et voir leur vie changée par son traitement simple et très efficace."


C'est TELLEMENT vrai !!


 


Allez hop d'ici une semaine tu viens me dire ce qu'il en est hein ? :)


Bisous !!



MaMa TwIns 12/01/2012 10:19

Ici 137,5 de Levothyrox, 9 mois de déprime après ma grossesse et oh miracle on m'a trouvé la thyroidite de hashimoto (dû à ma grossesse), ce qui explique pas mal de choses. Il n'a pas été facile de
trouver le bon dosage et là depuis 6 mois, je pense qu'on y est. On a espacé les PDS, maintenant c'est tous les 3 mois....Bon courage à toi :)

Vaallos 13/01/2012 10:13



137,5 ?? Tu alternes et c'est une moyenne ?


Ca me parle beaucoup ce que tu dis ! La déprime, l'attente pour le dosage... On revit maintenant, hein ?!



Ali 12/01/2012 10:12

Je ne fais pas partie des personnes qui t'ont soutenu pendant cette période parce que je ne te connaissais pas... mais si je t'avais connu je t'aurais amplement soutenu !!
Même combat à quelques choses prêt que c'était l'inverse... mais pareil j'ai cru que j'étais folle jusqu'à ce qu'on diagnostique (heureusement vite dans mon cas) une hyperthyroïdie.
J'ai le même dosage que toi (copine) et je me sens mieux aussi en légère hyper qu'hypo mais attention à l'hyper, mon médecin m'a expliqué qu'on s'usait plus vite.
Là ma TSH est à 1,39. C'est un peu haut pour moi mais je reste comme ça pour l'instant.
Si t'as besoin d'en causer, tu sais où me trouver !! ;-)

Vaallos 13/01/2012 10:12



Oui l'hyper me fait un peu peur (je suis à 0,20 de TSH)... Le médecin a proposé de se donner trois mois pour voir comment ça évolue, et refaire une pds. Ca me paraît raisonnable, je me dis qu'il
faut aussi un peu de temps au corps pour s'habituer et qu'en plus ça m'aidera à perdre mes derniers kilos ^^" Mais j'ai bien envie de baisser un peu. J'irai peut-être le revoir avant les trois
mois, on va voir ce que mon corps me raconte ;)


 


En tout cas il m'avait dit qu'il y a une personne sur 200 qui souffre de problème de thyroïde (j'ai un doute, je ne sais pas si ce n'est pas 1/200 juste pour l'hypo). Depuis que j'en parle autour
de moi, c'est fou le nombre de personnes qui ont aussi des soucis ou qui connaissent des proches qui en ont !!