Face au vide

Publié le par Vaallos

falaise.jpg

Il y a eu Twitter, avant ça les blogs, Facebook, des jeux de rôle en ligne, des tchats, la télévision, et probablement d'autres trucs que j'ai oublié.

 

Aussi loin que je me souvienne je trouve toujours une espèce d'addiction contre laquelle, au bout d'un moment, j'ai voulu me battre. J'ai gagné, et une autre a pris sa place, pour combler le vide.

 

Alors je me suis dit que je ne combattais pas le vrai problème mais sa conséquence. Je me suis dit que je n'étais pas vraiment une addict de ces trucs-là, mais que je cherchais plutôt à masquer quelque chose, à combler les journées, à remplir le temps libre.

 

Mais pourquoi ? Pourquoi alors que je cours après ce même temps libre, qu'il me manque pour faire tout ce dont j'ai envie ?

 

Pourquoi je fais tout ça au lieu de faire ce dont j'ai envie ?

 

Alors l'autre jour je me suis mise face au vide. J'ai fait bien attention au cours de la journée à pourquoi et comment j'allais vers mes petites addictions plutôt que de faire mes trucs à moi. Je me suis arrêtée et j'ai écouté.

Ca m'a laissé le loisir d'entendre ce qui est d'habitude caché par l'action : la peur.

 

Paske rêver c'est sympa, c'est confortable, et c'est facile car cela permet de projeter que tout va bien se passer et que ça va nous plaire.

Se confronter c'est autre chose.

 

Et pourtant je sens bien que tout ce que j'ai envie de faire, des petites choses comme des plus grandes, me correspondent et vont me plaire, mais la peur de l'échec est forte... Peut-être parce que je manque beaucoup de confiance en moi et que le moindre échec est un coup dur qui la met encore plus à mal. 

 

Mais ce n'est pas en faisant l'autruche que ça va aller mieux, bien au contraire. C'est comme ça qu'on construit des regrets. Si je veux prendre confiance il faut au contraire foncer, essayer, rater, ré-essayer, rater, ré-essayer, réussir, et c'est comme ça qu'elle va grandir.

 

Bon bin... c'est parti ?

 

(La photo vient de .)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Miss Tchoup 27/02/2012 16:07

Oui il faudrait foncer mais c'est plus facile à dire qu'à faire...!

Vaallos 29/02/2012 17:08



Oh oui, mais rien n'est impossible, hein ? On va y arriver ?!



assmatcoco 27/02/2012 11:07

J'ai l'impression de lire un article qui parle de mon mari.
Un conseil fonce, profite de la vie, avance

Vaallos 29/02/2012 17:08



J'essaie ! C'est difficile même pour moi de comprendre tout ce qui me retient. Mais 'faut s'accrocher !



LN 27/02/2012 09:34

Ah la la... J'ai l'impression de me lire...
C'est déjà un grand pas en avant d'en avoir conscience et d'avoir la volonté d'en découdre avec cette foutue procrastination.
Courage !!!!!!!! :)

Vaallos 29/02/2012 17:07



J'essaie tous les jours de me dire que c'est possible, que les échecs doivent être ignorés, et que les réussites sont la preuve que c'est faisable, à long terme. J'essaie de me motiver par la
peur du regret et l'espoir de journées encore meilleures :D



anaisl57 26/02/2012 20:13

Oui il faut foncer!!!!! :) gros bisous

Vaallos 29/02/2012 17:04



On essaie on essaie ! Certains jours le frein à main fonctionne un peu trop bien ^^



Kimie 26/02/2012 19:59

J'aime et n'aime pas cet article, car il me confronte à moi-même.
Je suis capable de passer des heures devant mon ordi sur Internet ou devant un bouquin au lieu de faire autre chose, alors que j'aurais plein de choses à faire...
Si tu trouves une solution durable, ça m'intéresse ! ;-)

Vaallos 29/02/2012 17:04



Si je trouve je ne manquerai pas de partager. Pour l'instant je lutte... un peu toute la journée "NON, va tricoter, NON, étudie ce livre, NON, cuisine un peu"...
C'est physiquement fatiguant de lutter avec soi-même, parfois désespérant qu'on n'y arrive pas, mais aussi satisfaisant à la fin de la journée de lister les petites victoires. D'ailleurs je pense
que je devrais les écrire, pour ne pas oublier que parfois ça marche, et pour me motiver à continuer mes efforts...